Le protestantisme
sous l’édit de Nantes

L’édit de Nantes, accordant la liberté aux protestants de France, dure près d’un siècle. Mais il est d’abord démantelé par la suppression des avantages politiques et militaires, puis les lieux de culte et la liberté religieuse sont de plus en plus contestés.

Fin du parti protestant

  • La France religieuse à l'époque de l'édit de Nantes
    La France religieuse à l’époque de l’édit de Nantes © D.R.

L’édit de Nantes, signé en 1598 par Henri IV, met fin aux guerres de religion du XVIe siècle. Par cet édit, le culte protestant est autorisé dans certaines limites, les protestants ont accès à tous les emplois, le parti protestant est maintenu avec ses places fortes pour une durée limitée.

À la mort du roi Henri IV, les relations entre le roi et les protestants se détériorent. Deux nouvelles guerres de religion ont lieu sous Louis XIII, la deuxième avec le célèbre siège de la Rochelle.

Le parti protestant est défait. Les protestants ne peuvent plus défendre leur cause militairement.

Vers la révocation de l'édit de Nantes

  • Démolition de 89 temples en Languedoc (1663)
    Démolition de 89 temples en Languedoc (1663)

Par la suite, la liberté de culte et l’accession aux emplois vont être progressivement rognées, de façon insidieuse d’abord, puis plus musclée ensuite.

Des temps d’accalmie surviennent cependant, liés à la politique extérieure du roi qui s’allie aux princes protestants et à l’Angleterre contre les Habsbourg.

Les catholiques, de leur côté, essayent par divers moyens de ramener les protestants vers leur Église. C’est la reconquête catholique.

Lorsque Louis XIV accède au pouvoir, il restreint de plus en plus les libertés des protestants et fait fermer de nombreux lieux de culte. C’est la période de « l’édit à la rigueur ».

Mais il faut attendre les dragonnades (ou logement forcé des soldats du roi chez les protestants avec liberté de commettre toutes les exactions possibles) pour aboutir à une abjuration massive des protestants.

Louis XIV révoque alors l’édit de Nantes par l’édit de Fontainebleau en 1685.

Le protestantisme n’a plus droit de cité en France et passe dans la clandestinité.

Bibliographie

  • Livres
    • CARBONNIER-BURKARD Marianne et CABANEL Patrick, Une histoire des protestants en France, Desclée de Brouwer, Paris, 1998
    • LABROUSSE Elisabeth, Une foi, une loi, un roi ? La Révocation de l’édit de Nantes, Payot - Labor et Fidès, Paris - Genève, 1985
    • WOLFF Philippe (dir.), Histoire des Protestants en France de la Réforme à la Révolution, Privat, Toulouse, 2001

Notices associées

  • L'application de l'édit de Nantes jusqu'en 1610

    Après l’édit de Nantes, la France connaît une période de paix. Henri IV veille à la bonne application de l’édit qui protège les protestants mais limite l’expansion du protestantisme.
  • Les dernières guerres de religion (1621-1629)

    Sous Louis XIII, à la suite de l’affaire du Béarn, les protestants se révoltent contre le roi. Après leur défaite, ils perdent leurs assemblées politiques et leurs places de sûreté :...
  • Une apparente accalmie (1630-1660)

    Après la paix d’Alès, Richelieu tente de réintégrer les protestants dans l’Église catholique. Sous le ministère de Mazarin, les impératifs de politique étrangère et la loyauté des protestants pendant la...
  • La reconquête catholique (1600-1660)

    Les forces vives de l’Église catholique dynamisées par le concile de Trente se lancent dans la reconquête pacifique sur « l’hérésie » protestante. Elles utilisent trois moyens : la controverse, la mission et...
  • L'édit à la rigueur (1661-1685)

    Tandis que le clergé catholique lance des missions de conversion des protestants, Louis XIV met d’abord en œuvre une politique de restriction à l’édit de Nantes puis se lance dans...
  • Les réformés et le roi (1630-1660)

    Pourquoi les protestants ont-ils si peu réagi face à l’oppression du roi Louis XIV ? C’est à cause de leur soumission presque idolâtre vis-à-vis du souverain.
  • Les Places de sûreté protestantes

    Places fortes tenues par un gouverneur de place, les « places de sûreté » attribuées aux Réformés avaient un but à la fois religieux et politique.

Parcours associés

  • L’édit à la rigueur (1661-1685)

    Tandis que le clergé catholique lance des missions de conversion des protestants, Louis XIV met en œuvre une politique visant à réduire puis à faire disparaître le protestantisme du royaume....