Jules Steeg (1836-1898)

Né à Versailles en 1836, Jules Steeg est le fils d’un cordonnier immigré allemand et d’une Française. Personnalité exceptionnelle, sa vie se déroule sous trois aspects : pasteur, homme politique et éducateur.

Le pasteur

  • Jules Steeg (1836-1898)
    Jules Steeg (1836-1898) © Collection privée

Après des études théologiques à Bâle, Strasbourg et Montauban, il est le premier pasteur en titre de la paroisse protestante de Libourne (Gironde) de 1859 à 1877. Il évolue vers un libéralisme extrême, exprimé à travers de nombreux articles et conférences. Sollicité par Ferdinand Buisson en 1869 pour l’Église libre et libérale que celui-ci veut créer à Neuchâtel en Suisse, il abandonne pour raison de santé, mais il se consacre à la diffusion des idées démocratiques et républicaines. Refusant toute orthodoxie religieuse, il donne en 1877 sa démission de pasteur.

L'homme politique

Après la création en 1870 d’un journal républicain dans son canton de Libourne (où il prend parti contre le plébiscite et pour la République), il est élu député de la Gironde en 1881 et en 1885. Il participera activement à la mise en place de l’école républicaine, laïque, publique, gratuite et obligatoire, dans le cadre du cabinet de Jules Ferry, où il retrouve ses amis protestants Félix Pécaut et Ferdinand Buisson. Il est rapporteur de la proposition de loi sur l’abrogation du Concordat et de la loi de Jules Ferry sur la laïcité de l’enseignement.

L'éducateur

A partir de 1889, il est nommé inspecteur général de l’enseignement primaire et chargé de la direction du Musée pédagogique à Paris. Il termine sa carrière en succédant à son ami Ferdinand Buisson comme inspecteur des études de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses.

Son fils Théodore, ancien président du Conseil des ministres, écrit en 1937 : «  Je rougis presque des succès de ma carrière politique en pensant que c’est à mon père qu’ils auraient dû aller, à lui qui m’était supérieur par l’intelligence, le courage et le talent ».

Bibliographie

  • Livres
    • MAYEUR Jean-Marie et HILAIRE Yves-Marie, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Beauchesne, Paris, 1985-, Tome 9

Notices associées

  • Le Concordat

    Le Concordat, complété par les articles organiques, réglemente la vie des Églises aussi bien protestantes que catholiques. Il ne contient aucune mesure restrictive, et pour la première fois les pasteurs...
  • Les protestants et l'enseignement public

    Au XIXe siècle, les deux temps forts de la participation des protestants à l’évolution de l’enseignement public (mis en place sous l’Empire) sont la Monarchie de Juillet et la IIIe République. Guizot,...
  • Ferdinand Buisson (1841-1932)

    Un des principaux inspirateurs des lois scolaires de la IIIe République, Ferdinand Buisson est un homme politique français partisan de la laïcité, cofondateur et président de la Ligue des droits...
  • Tommy Fallot (1844-1904)

    Devenu pasteur, Tommy Fallot est profondément marqué dès sa jeunesse par le peu d’intérêt que le protestantisme, très divisé à la fin du XIXe siècle, porte aux questions sociales. Il...
  • Samuel Vincent (1787-1837)

    Le pasteur Samuel Vincent est un représentant typique du protestantisme français méridional du début du XIXe siècle. Par ses écrits et les revues de théologies qu’il fonde, il contribue à développer...
  • Eugène Bersier (1831-1889)

    Le pasteur Eugène Bersier fait preuve d’une grande activité. Comme fondateur de l’Église évangélique de l’Étoile et comme créateur d’une nouvelle liturgie. C’est de plus un homme d’union qui cherche...
  • Athanase Coquerel fils (1820-1875)

  • Athanase Coquerel (1795-1868)

  • Frédéric Horning (1809-1882)

    Frédéric Horning, pasteur luthérien, d’abord libéral, revient aux sources du luthéranisme et s’oppose avec succès en 1848 à l’union avec les réformés.

Parcours associés