Frédéric Horning (1809-1882)

Frédéric Horning, pasteur luthérien, d’abord libéral, revient aux sources du luthéranisme et s’oppose avec succès en 1848 à l’union avec les réformés.

Le fondateur de la Société évangélique luthérienne

  • Frédéric Théodore Horning (1809-1882) © Gallica BnF / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg,

Après des études à Strasbourg, il fut longtemps pasteur dans cette même ville, à l’église Saint-Pierre-le-Jeune. D’abord libéral, il devint l’ardent défenseur d’un retour aux sources du luthéranisme : catéchisme de Luther et vieux cantiques luthériens remis à l’honneur, surtout respect de l’autorité de la confession de foi luthérienne.

Lorsqu’en 1848 l’Assemblée luthérienne s’était montrée favorable à l’union avec les réformés en France, il prononça une « mise en garde » et fonda la Société évangélique luthérienne dont le propos était de « diffuser  une plus grande fidélité aux dogmes traditionnels et de souligner la place centrale de la justification par la foi face à l’activisme, à l’ascétisme et au sentimentalisme de certains milieux protestants de son temps » (Les protestants, A.Encrevé, op. cité). Cet excellent prédicateur a opéré un recentrage sur la vie paroissiale à un moment où certains protestants avaient plutôt tendance à s’investir dans des groupes ou des mouvements. Ce n’est pas pour autant qu’il ne prit pas sa part aux grandes réalisations sociales de son temps.

Bibliographie

  • Livres
    • MAYEUR Jean-Marie et HILAIRE Yves-Marie, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Beauchesne, Paris, 1985-, Tome 9

Notices associées