Artistes protestants – musique

La musique protestante est exclusivement religieuse et se limite à l’harmonisation des psaumes et des cantiques ; elle a deux sources.

La première source, française, s’ouvre avec Claude Goudimel (1505 ?-1572) ; auteur prolifique de musique vocale, il participe à la mise en musique des Amours de Ronsard et compose des messes et des motets ; sa conversion au protestantisme vers 1550 – qui lui vaut d’être massacré lors de la Saint-Barthélemy en 1572 –  l’amène à se consacrer à la mise en musique et à l’harmonisation des psaumes (150 psaumes toujours en vigueur). Le psautier de Genève (circa 1560) connaît une diffusion considérable. Claude Le Jeune compose aussi des œuvres religieuses et des versions polyphoniques pour de nombreux psaumes.

L’autre source, plus tardive, est empruntée à la musique allemande, essentiellement celle de Jean Sébastien-Bach (1685-1750), mais aussi celles de Heinrich Schütz (1585-1672) et Dietrich Buxtehude (1637-1707), voire de Georg-Friedrich Haendel (1685-1759). Ces auteurs harmonisent les cantiques qui apparaissent au début du XIXème siècle, pour égaler puis dépasser le nombre des psaumes, à partir du milieu du siècle.

Après ces compositeurs, on retient deux interprètes célèbres du XXème siècle : Albert Schweitzer (1875-1965) et Charles Munch (1891-1968).

Commencer le parcours