Turenne (1611-1675)

Turenne, éminent chef militaire, a connu une conversion retentissante du protestantisme au catholicisme.

Jeunesse

  • Henri de la Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne
    Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne © Collection privée

Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, est né à Sedan en 1611. Il est le deuxième fils du duc de Bouillon, prince de Sedan et d’Élisabeth de Nassau, elle-même fille de Guillaume le Taciturne, fondateur de la République des Provinces-Unies de Hollande.

Il fait ses premières armes au service des princes de Nassau.

En 1630, suite au traité conclu par sa mère avec Louis XIII, il passe au service du roi de France comme colonel et fait la campagne d’Italie puis sert en Lorraine en 1633 puis en Alsace et aux Pays-Bas.

Guerre de Trente ans (1618-1648)

Turenne fait campagne en Italie en 1640 comme lieutenant général et il prend Turin. En 1643 il fait de nouveau campagne en Italie et il est nommé maréchal de France après l’avènement de Louis XIV.

À partir de 1644, Turenne est à la tête de l’armée d’Allemagne, il mène une guerre de mouvement et remporte une série de victoires conduisant en 1648 à la paix de Westphalie qui met un terme à la guerre de Trente ans, dans laquelle la France est entrée en 1635 au côté des princes protestants et des Suédois contre les Impériaux (Habsbourg d’Autriche et d’Espagne).

La Fronde (1648-1654)

Lors de la Fronde contre Mazarin, il participe d’abord à la Fronde parlementaire en 1649, puis il suit Condé (le Grand Condé, arrière petit-fils de Louis de Condé) au service du roi d’Espagne en 1650, mais revient définitivement au service du roi de France en 1651.

En 1652 il mène campagne contre Condé et les Espagnols, ce qui permet au roi de regagner Paris et il délivre Arras en 1654.

Guerre franco-espagnole (1656-1659)

Turenne prend Dunkerque en 1658 et envahit la Flandre, ce qui conduit à la paix des Pyrénées en 1659. Turenne est alors nommé gouverneur du Limousin et en 1660 maréchal général des camps et armées du roi et il est chargé de réorganiser l’armée.

Guerre de Dévolution et guerre de Hollande

En 1667, Turenne prépare avec Louis XIV la guerre de Dévolution (1661-1668) contre l’Espagne et prend Charleroi et Tournais. En 1672 commence la guerre de Hollande, (1672-1678), Turenne prend Arnheim puis entre en Allemagne et occupe la Westphalie.

En 1673, Turenne subit quelques échecs en Allemagne et se brouille avec Louvois, secrétaire d’État à la guerre de Louis XIV. En 1674 Turenne est chargé de tenir l’Alsace avec des forces réduites : il passe le Rhin et incendie le Palatinat mais les Impériaux franchissent à leur tour le Rhin et s’installent à Strasbourg. Turenne manœuvre dans les Vosges en plein hiver, surprend les Impériaux à Mulhouse et il est vainqueur à Turckheim. Les Impériaux repassent le Rhin, mais reviennent en Alsace quelques mois plus tard. Turenne est tué par un boulet lors d’une reconnaissance à Sasbach (Allemagne).

Parcours personnel

Né protestant, Turenne avait épousé Charlotte de Caumont en 1651, laquelle meurt sans enfant en 1666.

Protestant convaincu mais modéré, il use de son influence pour plaider auprès du roi la cause de ses coreligionnaires. Mais il s’interroge, fréquente les jansénistes puis, sous l’influence de Pierre Nicole et de Bossuet, se convertit au catholicisme en 1668 : il devient un catholique modéré, continuant de lire la Bible.

Il a laissé des mémoires et des lettres.

Louis XIV fait enterrer Turenne à l’abbaye de Saint Denis. Son tombeau est actuellement aux Invalides où Bonaparte a fait transférer son corps en 1800 en hommage à ce grand stratège.

Bibliographie

  • Livres
    • BERENGER Jean, Turenne, Fayard, Paris, 1987

Notices associées