Max Weber (1864-1920)

Le sociologue et économiste Max Weber nait en Allemagne en 1864 et meurt victime de la grippe espagnole le 16 juin 1920.

  • Max Weber (1864-1920)
    Max Weber (1864-1920) © Collection privée

Né dans une famille protestante, Max Weber est connu d’un large public pour avoir mis en relation le développement du capitalisme moderne, fondé sur l’organisation rationnelle du travail (ainsi que sur l’appât du gain) et la conduite de vie ascétique de l’entrepreneur protestant.

C’est là une analyse originale d’un fait qui, mis en évidence par un certain nombre d’enquêtes statistiques, restait peu compréhensible : était-ce une simple coïncidence ou une véritable dynamique sociale ?

Les formes de croissance économique étaient-elles vraiment différentes en pays catholiques et en pays protestants ? Formé au droit, à l’économie et à l’histoire, Max Weber a enseigné à l’université de Strasbourg et à celle de Heidelberg mais, peu à l’aise dans l’enseignement, il a consacré l’essentiel de son temps à la recherche.

Cela lui a permis de construire des outils conceptuels pour la sociologie, notamment celui de type idéal, celui de disposition d’esprit qui lui est associé, ainsi que l’imputation causale singulière qui en découle. Il s’en est servi pour montrer la nature des liens entre protestantisme et capitalisme. En l’occurrence, le renouveau apporté par la Réforme à la conception du salut des hommes a joué un rôle important dans l’appréciation du « bien agir ».

Parmi les écrits de Max Weber, outre l’œuvre qui l’a rendu célèbre, L’éthique protestante et l’esprit du Capitalisme, on peut citer Sociologie des Religions et Le savant et le politique.

 

Bibliographie

  • Livres
    • WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du Capitalisme, Traduction de Jean-Pierre Grossein, Gallimard, Paris, 2003
    • WEBER Max, Sociologie des Religions, Gallimard, Paris, 1996
    • WEBER Max, Le savant et le politique, La Découverte, Paris, 2005
    • WEBER Max, Concepts fondamentaux de sociologie, Traduction de Jean-Pierre Grossein , Collection Tel chez Gallimard, Paris, 2016

Notices associées

Au hasard des notices