Les Églises réformées en France

C’est le synode de Paris en 1559 qui fixe l’organisation des Églises réformées de France d’après des propositions de Jean Calvin.

Une organisation progressive

  • Synode national de Paris (1559)
    Synode national de Paris (1559) © S.H.P.F.

Au début des années 1530, ceux qui adhèrent aux idées de Luther et Zwingli se réunissent chez l’un ou l’autre pour partager la lecture du Nouveau Testament et prier. Dans les années 1540, ces réunions informelles se multiplient et évoluent vers des formes plus régulières de culte incluant parfois la Cène.

Calvin souhaite une organisation plus précise. Deux modèles existent aux portes du royaume : celui de Strasbourg et celui de Genève. C’est Genève qui va l’emporter. Les premières règles sont données en 1559 lors de la réunion des délégués des Églises réformées de France. C’est le premier synode national. Il vote :

La confession de foi

Les Églises réformées adoptent une confession de foi nouvelle rédigée d’après un projet de Calvin. Elle comprend 40 articles. Elle sera appelée plus tard Confession de foi de la Rochelle, parce qu’elle sera ratifiée en 1571 au synode de la Rochelle.

Tout en se rattachant à la foi des premiers siècles de l’Église, les Églises réformées marquent leur distance avec l’Église catholique romaine. Elles condamnent très clairement l’intercession des saints, le purgatoire, les pouvoirs de l’Église.

La discipline

  • La discipline des églises réformées (1653)
    La discipline des églises réformées (1653) © S.H.P.F.

Proche des ordonnances ecclésiastiques de Calvin qui régissent l’Église de Genève, la discipline précise l’organisation commune des Églises réformées. Cette organisation est fondamentalement non hiérarchique.

L’Église locale est dirigée par un conseil d’anciens appelé consistoire. Ce conseil se réunit au moins une fois par mois avec le pasteur.

Les anciens (entre 5 et 10 dans chaque Église) sont choisis par la communauté. Ils veillent sur les pratiques religieuses et les mœurs des fidèles, règlent les conflits et s’occupent des pauvres.

Les pasteurs, ministres de la Parole, sont élus par le conseil des anciens. Après 1571, ils sont soumis à un examen par le synode provincial. Ils sont avant tout des prédicateurs, qui expliquent la Parole de Dieu lue dans la Bible. Ils administrent les deux sacrements : le baptême et la Cène. La plupart des pasteurs français sont formés à l’Académie de Genève.

Les synodes sont une institution originale adaptée à la situation française des Églises réformées disséminées sur le territoire. Rassemblant des représentants des Églises, (pasteurs et laïcs), les synodes servent d’organes de liaison (non permanents) entre les Églises locales (indépendantes et égales).

Les synodes se réunissent au niveau provincial et au niveau national.

Notices associées

  • Les ordonnances ecclésiastiques (1541)

    Dans les ordonnances ecclésiastiques, Jean Calvin définit l’organisation de l’Église et les rapports entre l’Église réformée et le pouvoir politique à Genève.
  • Jean Calvin (1509-1564)

    Une génération après Luther, le Français Jean Calvin est l’organisateur de la Réforme : organisateur de l’Église, de la doctrine et du rôle de l’Église dans l’État.
  • Ulrich Zwingli (1484-1531)

    Pasteur et théologien, il fonde la Réforme sur l’étude de la Bible. Pour lui, la Réforme s’étend jusqu’à la lutte contre les injustices sociales.

Parcours associés

  • L’apparition de la Réforme en France

    Au début du XVIe siècle, l’Église est en crise morale et politique depuis deux siècles mais ne parvient pas à la surmonter. Dans le cadre de la Renaissance, l’humanisme apparaît,...
  • Le développement de la Réforme en France au XVIe siècle

    Au XVIe siècle, une réforme de l’Église catholique apparaît indispensable. Mais comment réformer ? Jusqu’où ? Des différences importantes apparaissent sur le rapport à Dieu, sur le salut et le pardon des péchés,...