L’Armée du Salut

Œuvre d’évangélisation et de travail social en milieu populaire, née en Angleterre, l’Armée du Salut s’implante en France en 1881.

La guerre à la misère

  • William Booth (1829-1912) fondateur de l'Armée du Salut
    William Booth (1829-1912) fondateur de l’Armée du Salut © M. Muller - Armée du Salut

Dans l’Angleterre en pleine révolution industrielle, le prédicateur William Booth fonde une œuvre à caractère social et spirituel : la mission chrétienne qui devient en 1878 l’Armée du Salut.

William Booth veut déclencher une véritable guerre à la misère. C’est pourquoi il met sur pied une armée qui a ses officiers, ses soldats, son état-major et dont il est le premier général. Le monde à gagner est le champ de bataille. Pour atteindre les masses populaires, W. Booth sort des sentiers battus : défilés dans les rues, fanfares, réunions en plein air et dans les cafés. L’opposition est très vive au début.

L'implantation en France

  • Catherine Booth (1829-1890), «mère de l'Armée du Salut»
    Catherine Booth (1829-1890), «mère de l’Armée du Salut» © M. Muller - Armée du Salut

En 1881, l’Armée du Salut s’implante à Paris avec Catherine Booth, la fille du général, âgée de 22 ans. Aidée de deux camarades de son âge, elle s’installe en plein quartier populaire de Belleville-Ménilmontant. Les débuts sont difficiles : rires, quolibets, chahuts. Les parisiens surnomment Catherine : « La Maréchale ».

L’Évangélisation est accompagnée d’un grand travail social : hôtelleries populaires, maisons pour jeunes filles en danger.

De nombreux postes de l’Armée du Salut sont créés dans toute la France.

Présente en France depuis plus d'un siècle, l'Armée du Salut témoigne au fil de son histoire de sa volonté d'en finir avec la grande pauvreté. Reportage.

Notices associées