Home
Mediathek Mediathek Erweiterte Suche Erweiterte Suche
Hilfe Hilfe Museumsshop
THEMEN Glossar Ausstellungen - Entdeckung Ausstellungsraum
Informationen Informationen
FR EN
Zugang für Sehbehinderte
WERKE Besuchsnotizbuch Besuchsnotizbuch Site Map Site Map
Terminkalender
Mediathek
Glossar
Besuchsnotizbuch
Erweiterte Suche
Ausstellungen - Entdeckung
Site Map
Hilfe
Informationen
Home | Themen | Arts, sciences et lettres - Literatur | Edmond Jeanneret (1914-1990).
Edmond Jeanneret (1914-1990).
Mehr darüber In das Besuchsnotizbuch aufnehmen Diese Seite drucken Diese Seite versenden   Zurück 21 / 21
 

Pasteur de l'Eglise réformée de Neuchâtel, Edmond Jeanneret a exercé son ministère en particulier à Leysin et à Bôle. Théologien, lecteur de Karl Barth et de Dietrich Bonhœffer, il est aussi poète. Dans ce domaine, sa prédilection va d'abord aux poètes réformés de la Renaissance ; mais ses références sont aussi Dostoïevski, Paul Valéry et Saint John Perse.


Un ministère dans le canton de Vaud.

Edmond Jeanneret est né à le 1er Août 1914 dans une famille de tradition horlogère du Val de Travers. Il entreprend des études de lettres, puis de théologie, à Lausanne, Bâle et Paris, au cours desquelles il rencontre Pierre Maury et, dans son sillage, les œuvres de Karl Barth et les milieux de la fédération des étudiants, notamment Roger Breuil (Jézéquel), Roland de Pury, Il lit Dostoïevski et Léon Chestov.

Il épouse Lore Marks qui est d'origine juive allemande. Au cours de son premier ministère à Lausanne, cet homme très passionné, se lie d'amitié avec le poète Edmond-Henri Crisinel ainsi qu'avec le peintre René Auberjonois, et le compositeur Bernard Reichel. Des rencontres épisodiques et tendues avec Charles-Ferdinand Ramuz l'impressionnent profondément. Pendant la guerre, il poursuit son ministère dans l'un des sanatoriums de Leysin ; il partage avec les malades, venus de divers points d'Europe, beaucoup de questions et d'inquiétude sur les développements du nazisme et le conflit mondial, beaucoup d'exigences, y compris, souvent, un intérêt commun pour Barth, sa théologie, son engagement dans la résistance au nazisme. Il publie un premier recueil de poèmes, Comme dans un miroir (1942), dans la série rouge des Cahiers du Rhône, la revue qu'Albert Béguin édite à Neuchâtel (Editions de la Baconnière) pour donner aux hommes de la résistance francophone un espace de parole.

Après la guerre, il poursuit son ministère à Genève et à Bôle, Il publie alors plusieurs recueils de poésie aux Cahiers du Rhône, Le soupir de la création (1947), Matin du monde (1953), les rideaux d'environ (1961), un essai sur le théâtre de Calderon, un recueil de prédications (la Faiblesse de Dieu aux presses de Taizé, 1967). Son épouse introduit en pays francophones l'œuvre de Bonhœffer. Elle traduit en particulier l'édition que Eberhard Bethge a établie de Résistance et soumission.

En 1979, il se retire à Gorgier où, malgré une santé un peu altérée, il continue de s'engager, de se passionner, d'écrire, de travailler. Il meurt en 1990.

Gehen Sie zu übersteigen Le poète

L'attirance d'Edmond Jeanneret pour la poésie et sa vocation de pasteur et de théologien sont étroitement liées. Cela a été, au début, un défi redoutable et presqu'impossible à surmonter : la langue des psaumes ne décourage-t-elle pas celui qui chercherait à l'imiter ? Il comprend peu à peu, ainsi qu'il l'a confié à son amie, le pasteur Suzanne Schell-Chausse que « Le souffle poétique est souverainement libre et que son origine comme son but restent mystérieux »

    A ceux qui chantent tes louanges,
    Ton visage est leur ciel, leur chant ton giron ;
    Abrités de tes mains, les rideaux d'environ
    Sont les camps de tes anges

Agrippa d'Aubigné

La lecture des poètes réformés de la Renaissance, Agrippa d'Aubigné, du Bartas, Jean Ogier de Gombauld, celle des poèmes de Laurent Drelincourt, l'ont aidé de manière déterminante à trouver son autonomie. Il considère alors que « Le poète doit transmettre quelque chose de plus fort que lui et que tout naturellement une poésie doit être une célébration, une louange  ».

Ainsi, le recueil de poèmes, Matin du monde (Cahiers du Rhône, 1953), est à la fois une méditation poétique et une prédication sur le temps de Noël, un temps qui, dans ce cas précis, est marqué par l'histoire de Zacharie, celle de Marie et celle des Innocents massacrés.

    Que donne l'homme à Dieu ? Un filet de fumée !
    Et pourtant ce parfum si faible, Dieu l'agrée
    Soufflant sur le tison de notre amour défunt

(Ouverture du poème Zacharie)

Très soucieux de l'absolu du poème achevé, comme de sa forme, Edmond Jeanneret a trouvé sur ce chemin des compagnons plus contemporains, de peu ses aînés, que sont Paul Valéry et Saint John Perse.

Son œuvre a inspiré plusieurs compositeurs vaudois, Bernard Reichel, Michel Hofstettler et Samuel Ducommun.

Edmond Jeanneret est proche parent des architectes Pierre et Charles-Edouard Jeanneret (Le Corbusier)

Gehen Sie zu übersteigen Parmi les œuvres

Comme dans un miroir. Cahiers du Rhône, La Baconnière,1942.

Le soupir de la création. Cahiers du Rhône, Le Seuil, 1947.

Matin du monde. Cahiers du Rhône, Le Seuil, 1953.

Les rideaux d'environ, Ides et Calendes, 1961.

La Faiblesse de Dieu, recueil de prédications, Editions de Taizé, 1967

Bibliographie
Buch
Foi et vie, Numéro spécial sur Edmond Jeanneret, Doris Jakubec et Olivier Millet, 1999
Mehr darüber Mehr darüber In das Besuchsnotizbuch aufnehmenIn das Besuchsnotizbuch aufnehmen Diese Seite drucken Diese Seite drucken Diese Seite versenden Diese Seite versenden   Zurück 21 / 21
 © Virtuelles Museum des französischen Protestantismus